Conseil en recrutement, diffusion des offres d'emploi, ATS, cas clients ...

Flatchr vous dit tout !

Venez découvrir nos conseils pour améliorer vos méthodes et techniques de recrutement

Conseils recrutement

8 questions d'entretien à arrêter de poser aux candidats

close
Aurélie
19 FÉVRIER 2019
7 min.

De toutes les questions lors d’un entretien, celles qui sont illégales sont évidemment les premières à bannir : situation familiale, état de santé, sexualité, religion, origines… Il est primordial de savoir parfaitement où se situe la ligne rouge à ne jamais dépasser : c’est juridiquement important certes, mais c’est surtout une preuve de votre professionnalisme.
Cependant, ce n’est pas de ce genre d’interdictions dont nous souhaitions vous parler dans cet article, mais plutôt de questions encore trop souvent au menu d’un entretien d’embauche, alors qu’elles n’apportent pas grand-chose et n’ont donc plus vraiment lieu d’être. Voici notre sélection.

 

1# Que pouvez-vous me dire sur vous ?

La question introductive par excellence qu’il vaut pourtant mieux oublier, car vous n’apprendrez généralement rien de plus qu’en ayant lu le CV du candidat. En plus, vous donnez l’impression que vous n’avez pas vraiment consulté le parcours de la personne avec attention, ou pire, que vous ne vous souvenez plus vraiment qui est le candidat en face de vous. Bref, c’est une question sans grand intérêt, qui vous fera perdre cinq minutes d’entretien, et qui donne la sensation que vous n’êtes pas préparé à cet entretien.


Notre conseil :


Entrez directement dans le vif du sujet, en parlant d’une expérience présente dans le CV et qu’il vous semble utile de creuser. D’une part, ça montre que vous savez de quoi (et de qui) vous parlez. D’autre part, ça amène le candidat à parler de lui, en creusant plus loin dans son expérience, tout en lui donnant les bases pour ne pas s’éparpiller.

 

2# Citez-moi votre principal défaut...

Pourquoi les recruteurs posent ce genre de question ?

Il s’agit certainement d’une des questions d’entretien parmi les plus vieilles, les plus demandées et les plus préparées. Pourtant, il serait temps que ça change, et ce, pour deux raisons principales. Premièrement, cela demande au candidat de penser «négativement», ce qui n’est jamais une bonne tactique. Deuxièmement, tout candidat va essayer de faire en sorte que son défaut n’en soit pas un. « Je suis toujours trop en avance ! » « J’ai un besoin presque maladif que tout soit super organisé ! » En clair, cela ne vous apprend presque rien sur le candidat.


Notre conseil :


Faites-le plutôt penser «positif», sans pour autant lui demander ses principales qualités ! Non, amenez-le plutôt à parler de challenges auxquels il aurait fait face récemment, quelles étaient les difficultés, comment il a su les surmonter, qu’aurait-il peut mieux faire avec le recul, etc.

 

3# Qu’est-ce qui vous passionne dans ce poste ?

Une question qui, en soi, est assez légitime puisque vous recherchez un atout pour votre équipe, quelqu’un de travailleur, de motivé. Cependant, cette formulation, trop souvent utilisée, peut s’avérer embarrassante pour le candidat. Pas sûr que l’étudiant qui postule chez McDo soit passionné par les steaks et la friture ! Pour autant, ça ne veut pas dire que le candidat n’a aucune motivation ou qu’il n’est pas bosseur.


Notre conseil :


Demandez-lui en quoi il est intéressé par l'entreprise, l’image qu’elle véhicule, le domaine de travail, les possibilités d’apprendre quelque chose de nouveau ou d’utiliser ses capacités pour atteindre un objectif… Il vous sera bien plus utile de l’amener sur ce terrain-là !

 

4# Est-ce que vous êtes plutôt travail en équipe ou individuel ?

D’une part, les questions fermées ne sont jamais très utiles, car elles appellent une réponse qui risque de ne pas être très élaborée. D’autre part, face à cette question, nous parions que le candidat répondra un truc du genre « J’adore travailler en équipe, mais je suis aussi capable de travailler seul quand il le faut ». Génial. Vous avez perdu deux minutes de votre temps.


Notre conseil :


Invitez plutôt le candidat à vous expliquer ce qu’il aime dans la dynamique d’un travail d’équipe. Que recherche-t-il dans une équipe ? Une atmosphère ? Une collaboration ? Une certaine compétition ? L’idée est la même que la question initiale, mais la réponse sera extrapolée et bien plus révélatrice. 

 

5# Pourquoi voulez-vous quitter votre job/avez-vous quitté votre poste précédent ?

Posée quasiment systématiquement en entretien d’embauche, cette question est le meilleur moyen de mettre le candidat dans une position inconfortable. En effet, si la raison est professionnelle et qu’elle ne le met pas en valeur, alors le candidat gêné va certainement embellir la réalité. Et si la raison est personnelle (rupture amoureuse, problème familial, maladie, déménagement, etc.), le candidat risque d’être mal à l’aise d’en parler ouvertement lors d’un premier entretien. Résultat ? Vous n’apprendrez quasiment rien et le moment sera possiblement gênant pour tout le monde.


Notre conseil :


Faites-le parler ouvertement de son emploi actuel/son ancien emploi, en lui demandant quels étaient ses plus gros challenges, quels étaient les aspects qu’il appréciait le plus, etc. Vous devriez ainsi pouvoir vous faire une idée rapide et concrète des raisons pour lesquelles le candidat se trouve face à vous aujourd’hui, tout en apprenant plus sur ce qui motive ou rebute l’individu. 

 

6# Comment envisagez-vous l’avenir ?

Question bête, réponse bête.

Qui n’a jamais eu envie de répondre à cette redondante question « sur un transat, au bord de l’eau, en sirotant un cocktail sous le soleil du Mexique ! ». Sérieusement, si vous y réfléchissez, la réponse à cette question ne vous apprendra pas grand-chose sur le candidat, car encore une fois, il vous dira simplement ce que vous avez envie d’entendre.

Peut-être a-t-il le rêve de créer sa propre entreprise ? Peut-être en a-t-il aucune idée ? Peut-être est-il du genre à saisir les opportunités sans faire de plan de vie sur dix ans ? Quoi qu’il en soit, la réponse qu’il va vous servir sera certainement enjolivée, voire complètement décalée avec ce qu’il pense réellement. Aucun intérêt donc.


Notre conseil :


Demandez-lui par exemple en quoi ce poste et cette entreprise, aujourd’hui, s’imbriquent dans la logique de sa vie professionnelle ? Essayez de comprendre ce qui le motive, ce qui va lui donner envie de rester, car sa longévité dans votre entreprise se jouera après, une fois qu’il sera embauché, et grâce à de nombreux autres facteurs (atmosphère et conditions de travail, reconnaissance du travail, challenges, opportunités…)

 

7# Pourquoi devrais-je vous embaucher ?

Seul intérêt de cette question serait de voir si le candidat a assez d’audace pour vous répondre : « c’est à vous de me le dire ! ». C’est en effet la meilleure réponse à avoir, étant donné que c’est à vous de déterminer s’il devrait être embauché ou non, grâce à votre processus de recrutement et sur la base de votre connaissance du poste, de l’entreprise, de l’équipe, des valeurs, etc. En plus, soyons honnête, ça donne l’impression de ne pas vraiment être préparé...


Notre conseil :


À éviter tout simplement. Car tous vos entretiens et votre processus de recrutement au sens large doivent être construits de manière à ce que vous puissiez répondre à cette question… Pas le candidat. 

 

8# Pensez-vous correspondre à ce poste ?

Il serait étonnant que le candidat vous réponde non et s’en aille aussi sec. Et il serait tout aussi étonnant que vous tiriez quelque chose d’utile de sa réponse... Sa réponse sera forcément, un oui ferme ou un « je pense que oui » un peu gêné (avec l’envie certaine de répondre « euh, je ne serai pas là sinon ! »). Dans le meilleur des cas, il vous déroulera la liste de ses aptitudes, qui (comme par hasard !) collent parfaitement à la description de votre offre d’emploi. Bref, pas grand intérêt.


Notre conseil :


Encouragez plutôt le candidat à parler de lui, de situations concrètes qu’il a vécues et de ses réactions, afin de juger si effectivement, il a ce qu’il faut pour cet emploi. Encore une fois, c’est à vous de juger, pas à lui ! 

 

N'oubliez pas aussi, que lors de l'entretien, le candidat est certe là pour vous plaire mais vous êtes là aussi pour les mêmes raisons. Nous sommes entrés dans une ère où la pénurie de talents se fait sentir. Alors faites en sorte de leur donner bonne impression.

Articles recommandés

Conseils recrutement Communication / Marque employeur Général

Comment impliquer les managers dans le processus de recrutement ?

Le temps où le responsable des ressources humaines était seul maître à bord en matière de recrutement est révolu. Aujour...

Conseils recrutement Général

Comment l'e-réputation des candidats influence vos recrutements ?

L’e-réputation d’un candidat peut-elle influencer vos choix et affecter vos recrutements ? La réponse est oui ! Près de ...

Conseils recrutement Actualités RH

Les trois KPI indispensables pour recruter

Zoom sur les KPI stratégiques du recrutement : Nous allons vous présenter dans cet article les trois données clés à surv...